L'Auberge des Glazicks

Imprégné de Bretagne

L’élégance de la Bretagne rustique. Olivier Bellin, c’est la cuisine paysanne doublement étoilée au guide Michelin.

  • Olivier Bellin
  • La Maison des Glazicks
Olivier Bellin en cuisine

Sauf si l’on arrive du Cap Zizun, de la Presqu’île de Crozon ou des Amériques, on peut difficilement y accéder par l’ouest. En arrivant par l’est donc, on laisse la montagne sacrée du Menez-Hom sur notre droite et on plonge en contre-bas vers cette baie de Douarnenez si joliment découpée. Un petit village s’intercale entre ces deux paysages forts du pays Glazick en Finistère, Plomodiern. Depuis quelques années, cette commune est connue pour accueillir un restaurant exceptionnel, l’un des tous meilleurs de Bretagne, membre de l’association des plus grandes tables du monde. C’est dire ! L’Auberge des Glazicks, tenue par Olivier Bellin. C’est ici, que les gourmands font une expérience rare. Ils vont déguster une Bretagne rustique et bourgeoise, sauvage et élégante. Une cuisine où le blé noir est roi, où le kig ha farz paysan s’enrichi de homard, où la bouille d’avoine peut se marier aux coques, le boudin popularise les Saint-Jacques…

La chambre Ouessant

Il faut s’arrêter dîner au Glazicks et y coucher après. Car depuis peu d’années, Olivier Bellin a ouvert un hôtel à l’image de sa cuisine. Brut, sauvage, presque animal, et d’un confort, d’une élégance rare. Du type peau de bête jetée négligemment sur le lit. Un hôtel où l’histoire du chef doublement étoilé au guide Michelin n’est jamais oubliée, où les éléments se mêlent. Comme cette grille en… fer forgé, « car avant de devenir une auberge, les Glazicks étaient une maréchalerie où l’on ferrait les chevaux, » nous explique le chef. Olivier Bellin n’a rien à cacher car sa cuisine donne, via de grandes baies vitrées, sur la rue ! Mais on est quand même mieux à l’intérieur, attablé…  D’autant que la salle de restaurant est confortable, accueillante. Non, pas si contemporaine que ça, mais en osmose avec l’auberge. Des voilages en hommage aux dentelle des bigoudènes, du bleu glazick, des toiles de maîtres bretons… Olivier Bellin porte fièrement sa Bretagne finistérienne. L’osmose avec la région n’est pour l’instant que visuelle. Elle va devenir gustative dans quelques instants…

Dès les amuses-bouches, le charme opère. On devine déjà un fil conducteur évident, le blé noir. On le retrouve ici et là, joliment associé à la langoustine et l’abricot, accompagnant, en far, un agneau et ses haricots verts beurrés… Sans oublier l’incontournable depuis des années, le clin d’oeil signature avec ce Gros lait à la fleur de blé noir qui vient annoncer les desserts. Le blé noir et souvent, le mariage terre-mer. Tripettes cuisinées et huîtres panées, foie gras tourteau, bar chorizo, cochonnaille et brioche de homard…

On sort de table imprégné de cette gastronomie bretonne foncièrement d’aujourd’hui et entièrement ancrée dans son environnement. Une cuisine comme un trait d’union entre le Menez-Hom et la baie de Douarnenez. On peut reprendre l’est, les batteries chargées d’une émotion rare !

par Olivier Marie - www.goutsdouest.fr

L'Auberge des Glazicks
7, rue de la Plage

29550 Plomodiern