Crouzil

Crouzil, entre modernité et tradition

C’est rare en Bretagne, allez disons exceptionnel. Une institution toute rénovée qui nous décline, dans une ambiance teintée de modernité, un service avec les classiques du genre, découpe en salle et cloches.

  • Le chef Maxime Crouzil
  • Une table du restaurant
  • Maxime Crouzil, Tables & Saveurs de Bretagne
  • Maxime Crouzil en cuisine
  • Foie gras
  • Maxime Crouzil & Pierre-Alexandre Thomas
Maxime Crouzil & Pierre-Alexandre Thomas

Je connaissais la maison Crouzil du temps de Jean-Pierre Crouzil. A priori, vu de l’extérieur, rien ne semble bouleverser cet hôtel restaurant posé sur les rives de l’Arguenon à Plancoët, et propriété de la famille Crouzil depuis 1984. Pourtant, comme nous allons le voir, Chez Crouzil a fait sa révolution. Non pas que l’on referme le livre, non, mais on ouvre un autre chapitre. Ici, deux hommes racontent une nouvelle histoire, Maxime Crouzil, l’héritier, et Pierre-Alexandre Thomas, l’associé. Le premier en cuisine, le second en salle, ils font de cette maison un haut lieu de la cuisine bretonne. Car pour tout vous dire, je ne suis pas resté dehors très longtemps…


Le restaurant

Visite guidée avec Marie-José Crouzil, la soeur de Maxime, qui m’accueille avec Tiphaine dès l’entrée. On sent immédiatement le changement avec le confortable salon d’accueil, « Ah, vous n’aviez pas vu la maison depuis sa réouverture ? » Un petit rappel des événements s’impose : février 2014, l’Arguenon sort de son lit et inonde le restaurant. « Nous venions de refaire une déco, il a fallu repartir de zéro, » explique Maxime Crouzil. Nous avons refait la cuisine, entièrement repensé l’accueil également, le salon et la salle de restaurant. » De jolis matériaux, un nouveau mobilier, la maison s’est vraiment modernisée. La partie bistrot a même disparu depuis que les deux associés ont repris le Restaurant du Golf à Pléneuf Val-André. Crouzil n’a pas perdu son âme et assume plus que jamais ce service à l’ancienne qui prend une toute autre dimension dans ce cadre contemporain.


Poisson

Les découpes en salle, quel bonheur avec cette sole meunière qui m’arrive comme en rêve, présentée sur son plateau en argent. Exceptionnel moment de gastronomie. Pierre-Alexandre se charge de la découpe, élégante, précise. En bouche, la cuisson est parfaite, on sent la sole bien nourrie au beurre. « C’est un classique comme quelques plats de la maison, » m’explique Maxime après le service. Je vais également vers des plats plus épurés, plus contemporains » comme ce fin ragoût d'artichaut et foie gras de canard poêlé, jus Barigoule et graines de kacha qui m’est servi en entrée. Ou encore ces huîtres de la baie de Saint-Brieuc, proposées tièdes, glacées au sabayon aux épices douces. Un régal ! « J’adore passer dans l’assiette, du traditionnel au contemporain. De me dire que je peux croquer dans une Saint-Jacques relevée de granny smith ou, en saison, d’opter pour un gibier bien gourmand. Avec, toujours cette ligne directrice du produit de qualité. »

Une fois le repas terminé, Maxime et Pierre-Alexandre ne résistent pas à l’envie de me montrer leur nouvelle rénovation. Pierre apparente, bois teinté, là encore la modernité s’impose. La prochaine fois, je viendrai dîner… et je resterai dormir.

par Olivier Marie -  http://www.goutsdouest.fr

Restaurant Crouzil
20, Les Quais

22130 PLANCOËT